Mobilité : la recherche clermonto-auvergnate en mode pack

Orbimob- Soirée du 13 octobre

C’est le tout premier objectif d’Orbimob : “Aider le monde auvergnat de l’enseignement supérieur et de la recherche à devenir un ensemble multidisciplinaire reconnu dans les mobilités durables et à irriguer tout l’effort d’éducation de l’ensemble de la population”. La soirée du 13 octobre à l’IADT était pensée comme une synthèse des forces académiques du territoire. Autour du programme ISITE Cap2025 dont deux des 4 challenges sont liés directement à la mobilité, d’autres initiatives s’engagent et viennent compléter un arsenal scientifique permettant aux sites auvergnats d’adopter un positionnement fort et original. Tour d’horizon avec Anne Albert-Cromarias & Emilie Bourlier-Bargues: méta-organisations (ESC), Martine Duclos et Frédéric Costes: mobilité et santé (UCA), Michel Dhôme: mobilités innovantes (UCA), Sébastien Defix et Stéphane Javaloyes: DEM/UCA, Catherine Gauthier: urbanisme et mobilités (ENSACF), Arnaud Bocquillon: systèmes mécaniques intégrés et mobilités (CIMES) et Pierre Schiano (UCA)

Très structurant pour l’Université et ses partenaires, Pierre Schiano rappelait les fondements du label I SITE Cap 2025. C’est ” un grand programme de transformation du site académique qui a embarqué les parties prenantes internes, universitaires, laboratoires, mais aussi privés et institutionnels”. L’ambition ? structurer une université de recherche au rayonnement international, étroitement connectée à son écosystème local, décliné en 6 instituts disciplinaires, dont la création de l’INP.

Un module “politique publique et mobilité”

Si Cap2025 est structurant pour l’université, d’autres initiatives viennent compléter l’approche originale du site clermontois. Avec notamment une initiative portée au sein de l’école de Droit, dans le cadre d’un Master “Droit des affaires des collectivités publiques”. Il s’agit de lancer une activité de recherche en lien avec la mobilité au sein du centre Michel de l’Hospital dans l’axe “normes et Etat”. La création d’un nouveau module consacré aux politiques publiques de la mobilité permettra de faire le lien entre les projets évoqués et leur mise en oeuvre dans un nouveau cadre juridique, à construire et adapter aux problématiques terrain. Et travailler sur des thèmes juridiques au delà du Code des Transports en lien avec les réflexions nouvelles que vont ouvrir les nouveaux usages de transports, les nouvelles mobilités … C’est aussi une façon de donner une coloration aux formations juridiques clermontoises en lien avec un projet de territoire axé sur la mobilité. Patrick Oliva se réjouissant de cette nouvelle brique donnée au projet du territoire, en profite pour faire un appel du pied à l’école des Impots “dans les questions de transformation des mobilités, la dimension fiscale est toujours très importante, il serait vraiment très intéressant que notre Ecole des Impots Clermontoise se saisisse de cette question”.

Emergence d’une méta organisation : étude en science de gestion

Autre apport tout à fait original, le travail de Anne Albert-Cromarias et Emilie Bourlier-Bargues, ESC Clermont Business School / CLERMA sur l’émergence d’une méta-organisation. Ces deux enseignantes chercheuses en sciences de gestion cherchent à apporter un regard extérieur sur la “méta organisation” , c’est à dire une organisation constituée elle-même d’autres organisations que constitue Orbimob. Une méta organisation a pour but de peser sur son environnement et de combler les vides laissés par les organisations classique en menant une action collective de grande ampleur visant à relever de grands défis. A ce titre, Orbimob est un joli exemple. Tout l’enjeu du travail de recherche qui démarre est d’analyser le processus d’émergence et de formation de cette méta organisation, d’identifier ce qui conditionne le succès ou l’échec, comment se construit une gouvernance partagée efficace qui va produire des résultats efficaces. Un travail qui démarre en même temps que la méta organisation elle-même: une mise en abîme pour les porteurs d’Orbimob vraisemblablement très intéressante. D’ailleurs, la semaine d’événements Orbimob constitue en tant que telle une opportunité de créer des occasions de collaborations, de nouvelles jonctions entre les membres, de dissoudre quelques frontières … Ce qui, pour Patrick Oliva, est la première pierre apportée au socle de confiance nécessaire à l’ambition collective.

I SITE CAP 2025 : un programme structurant

Tout le programme est bâti autour d’un thème fédérateur “concevoir des nouveaux modèles de vies et de productions durables”, décliné sur 4 challenges qui prennent racine sur les forces académiques et économiques du territoire. Deux de ces challenges devenus ‘CIR’, centre international de recherche sont étroitement liés à la mobilité, celui représenté par Michel Dhome, relatif aux systèmes et services innovants pour la production et les transports et celui présenté par Frédéric Costes sur la mobilité personnalisée comme facteur clé de la santé.CA

Systèmes et services innovants pour le transport et la production

  • Produire et déplacer : les systèmes et services innovants pour la production et les transports, challenge présenté par Michel Dhome, qui rappelle que ce sujet est par essence mutlitdisciplinaire, porté en l’occurrence par 9 laboratoires de recherche, technologiques (Institut Pascal, Limos, ICCF, labo de mathématiques, Cérema, …) ou en sciences humaines, sociales et économie (Lapsco, Clerma…)
    • L’ambition est scientifique bien sûr mais aussi d’engager des coopérations public-privé, des dialogues spécifiques avec le monde socio économique dans la continuité de l’Agrotechnopole, de Factolab ou du SimatLab (labos ou plateformes partagées), ou encore des dispositifs partenariaux d’innovation ouverte tels que les” living lab et city lab” qui permettent d’associer plus largement collectivité et citoyens.
  • Le champ d’intervention de ce CIR se décline sur 4 axes
    • Labex IMobs3 – Plateforme PAVIN, la mini ville sur le plateau des Cézeaux
      • une navette construite par Ligier
    • Plateforme Brouillard et Bruits pour tester des capteurs
    • Usine du futur avec le laboratoire FactoLab, commun avec Michelin: axée mobilité, illustré par un test de charriot dans un environnement fluctuant avec de nouveaux capteurs qui génèrent énormément de données
    • Agrotechnologie innovante matérialisé à Montoldre dans l’Agrotechnopole porté avec l’Inraé, toute une activité qui s’applique dans les cultures, pour désherber, pour cueillir, surveiller la croissance des cultures…

La petite vidéo qui raconte tout

Mobilité personnalisée comme facteur clé de la santé

  • Bouger pour une vie en santé : la mobilité personnalisée comme facteur clé de la santé présentée par Frédéric Coste, directeur du Centre International de Recherche 3. Ce centre de recherche se consacre à l’étude de la mobilité durable des individus sous l’angle des facteurs directs (système musculo-squelettique et capacités d’activités physiques) et indirects (douleur, nutrition, microbiote, …) susceptibles d’influer sur la santé des individus. Ainsi on trouvera dans les travaux du centre, des études et dispositifs liés à la réduction de la douleur, à l’amélioration de la nutrition, au développement de nouveaux traitements ou de compléments alimentaires, … mais également toute une dimension de transfert ces connaissances vers les citoyens pour l’encourager à être plus actif. A titre d’exemple, sur ces 4 dernières années, 42 projets ont été soutenus, qui ont généré des partenariats internationaux, 13 dépôts de brevet et 5 créations de start up. Les axes principaux de recherche concerne le muscle, la nutrition, l’activité physique, la douleur, les maladies chroniques … et beaucoup de connexions entre différents sujets.
    • Une plateforme d’exploration de la mobilité humaine, en collaboration avec le Centre Jean Perrin et CRNH identifier le test pour diag
    • Un programme E santé “E mob” : qui a rassemblé des acteurs d’origine différentes sports, cliniciens, industriels pour signature sédentarité
    • City Lab à Vichy, expérimentation grandeur nature pour programme d’activités physiques multicibles
    • Adaptation de la formation Nutrition en Master Nutrition santé et mobilité, pour créer une communauté de chercheurs et docteurs
    • axes recherche biomarqueurs, travail de modélisation moléculaire, …
  • Les deux autres axes, rappelés pour mémoire : “Nourrir et préserver : Les agroécosystèmes durables dans un contexte de changement global” et “Protéger et sensibiliser : les risques naturels catastrophiques et la vulnérabilité socio-économique”.